Le savon ! S’il fut un peu oublié suite à l’apparition des gels douches et lessives, le retour vers le naturel et l’écologie le remet sur le devant de la scène, et pour cause ! Mais s’il est un objet courant que l’on utilise presque quotidiennement, il garde tout de même une part de mystère. On entend parler de savon à froid, de savon surgras, de savon de Marseille, de produits sans savons… Mais qu’est ce que réellement le savon ? Et comment est-il fabriqué ?

On vous dit tout sur l’art de créer du savon, autrement dit l’art de la saponification ! Entrez dans le monde de la savonnerie artisanale et découvrez notre métier.

Qu’est-ce qu’un savon ?

Avant toute chose, il est important de poser les bases et de définir ce qu’est un savon.

Un savon est le produit d’une réaction chimique entre un corps gras, une base forte (ou alcaline) et de l’eau. Cette réaction chimique, appelée saponification, produit des sels de sodium d’acides gras (c’est ce que nous appelons savon, soit un produit lavant), et de la glycérine qui est une substance hydratante pour la peau.

Processus de saponification

Les ingrédients de base du savon

Pour pouvoir réaliser un savon et enclencher le processus de saponification, trois ingrédients primordiaux sont nécessaires.

Le premier ingrédient indispensable à la saponification est l’hydroxyde de sodium, aussi appelé soude caustique. C’est lui qui est au cœur du processus de saponification et qui transforme les corps gras en savon. La soude est donc utilisée pour lancer la réaction chimique mais disparaît totalement du produit fini, il n’en reste plus une trace dans votre savon.

Le deuxième ingrédient indispensable est le corps gras. Toute matière grasse peut être saponifiée, ce qui fait qu’une multitude d’huiles, de beurres et de corps gras d’origine animale ou végétale peut être utilisée pour fabriquer un savon. Il faut cependant garder en tête que la qualité de la matière première donne la qualité du produit fini.

Enfin, l’eau qui est le déclencheur de la réaction de saponification. C’est sous l’action de l’eau que le corps gras et la soude caustique vont réagir.

Les ingrédients supplémentaires du savon

Savons à froid Lulu & Guite 

Avec ces trois ingrédients, vous obtenez un pain de savon tout ce qu’il y a de plus primaire. On peut alors rajouter d’autres ingrédients pour lui apporter de la couleur, une odeur, certaines vertus, des propriétés aromatiques et médicinales… et ainsi rendre un savon unique et adapté à ses besoins !

Bien évidemment, les produits conventionnels regorgent de milliers de parfums et colorants synthétiques, dont une bonne partie spécialement élaborée pour la savonnerie. Pourtant, la nature nous offre aussi énormément de possibilités pour obtenir un savon joli, qui sent bon, et surtout respectueux de la nature et de la santé. Ce sont de ces ingrédients dont je vais vous parler.

En savonnerie, le parfum naturel est généralement apporté par les huiles essentielles. Les huiles essentielles sont des huiles obtenues à partir de distillation de plantes. Elles sont avant tout employées pour leurs qualités aromatiques et chacune d’entre elles détiennent des propriétés pour la peau. On peut aussi utiliser des fragrances naturelles mais elles tiennent généralement moins bien à la saponification.

Ensuite, pour donner de la couleur aux savons, rien de mieux que de se tourner vers le monde minéral et végétal ! Un panel de nuance extraordinaire vous attend. On peut ainsi colorer un savon grâce à des pigments végétaux, des argiles, mais aussi d’autres ingrédients naturels comme de la poudre de cacao, du jus de carotte, de la pulpe d’avocat…

Enfin, on peut également incorporer d’autres ingrédients pour changer leur texture, avec par exemple des graines de pavot pour obtenir un effet gommant comme dans notre savon Sésame-Litsée, ou pour un effet visuel avec par exemple des pétales de calendula comme dans notre savon Calendula Nature.

Les origines du savon

La toute première trace de l’utilisation du savon remonte à il y a 4500 ans. Il aurait été inventé par les sumériens en Mésopotamie. Le savon était alors une sorte de pâte d’huile, d’argile et de cendres. Il semblerait qu’il était utilisé comme remède contre les maladies de la peau ou pour préparer la laine avant de la teindre, mais en aucun cas pour la toilette.

Puis, plusieurs siècles plus tard, les romains utilisaient le savon pour éclaircir leurs cheveux. Les ruines de Pompéi ont même révélé l’existence d’une manufacture à savon. Les gaulois, quant à eux, utilisaient une pâte savonneuse appelée “sapo” pour laver leur lessive. A cette époque, le corps gras utilisé pour la saponification était essentiellement de la graisse animale, et la soude caustique était remplacée par de la cendre de bois.

Au fil des siècles, d’autres corps gras ont été expérimentés pour fabriquer du savon comme l’huile d’olive, les huiles de poissons et même les huiles tropicales importées par les marchands d’esclaves dès le XVIIème siècle.

C’est en 1791 que la cendre peut enfin être remplacée par la soude caustique élaborée à partir de sel de cuisine par Nicolas Leblanc. En 1823, Eugène Chevreul décrit la théorie de la saponification, c’est ainsi que la savonnerie moderne est née.

Les différentes sortes de savons et saponifications

Le savon industriel

Le savon industriel est essentiellement fabriqué à partir d’huile de palme ou de suif (graisse de bœuf) car se sont des matières à faible coût.

Ces matières grasses sont ensuite chauffées à très haute température pendant de longues heures, il est donc important d’utiliser des huiles stables. Lors de ce processus, les huiles utilisées sont chauffées à une température telle qu’elles perdent tous leurs bienfaits pour la peau.

Les industriels travaillent en excédent de soude. C’est-à-dire qu’ils utilisent plus de soude caustique qu’il n’en faut pour transformer les corps gras en savon. L’excédent de soude après la saponification est ensuite rincé à l’eau salée, ce qui élimine également la glycérine du savon. La glycérine est récupérée par les industriels et revendue à l’industrie cosmétique.

A la fin de ce procédé, il reste donc uniquement du savon, sans glycérine ni surgras, ce qui en fait un produit lavant mais très asséchant pour la peau.

Le savon semi-industriel

Ce savon est fabriqué à partir de bondillons de savon fabriqués industriellement de la façon précédente, et principalement à partir d’huile de palme.

Le savonnier chauffe ces bondillons pour les faire fondre et peut ensuite y ajouter des parfums, des colorants, des huiles végétales, de la glycérine… Il malaxe le tout et sort des savons à partir d’une extrudeuse.

Il faut faire attention, ces savons sont souvent vendus à tort comme étant des savons artisanaux ce qui n’est pas du tout le cas.

Le savon artisanal par saponification à froid

Voici enfin notre cœur de métier, ce qui remplit notre quotidien. Cette méthode ancestrale est totalement artisanale et réalisée à la main.

Fabrication savons à froid 

Lors du processus de saponification à froid les huiles utilisées ne sont pas chauffées. Seuls les beurres et les huiles solides sont fondus à basse température afin de les rendre liquides. Cela permet de conserver tous les bienfaits des huiles dans le savon pour qu’il puisse ensuite en faire bénéficier la peau de son utilisateur.

Ensuite, les huiles, la soude et l’eau sont mélangées manuellement, à l’aide d’un mixeur.

Contrairement aux industriels qui travaillent en excédents de soude, nous, savonniers artisanaux, nous travaillons en excédent d’huile. C’est-à-dire que nous utilisons plus d’huiles qu’il n’en faut pour créer la réaction de saponification. Les savons sont donc dits surgras, ils contiennent 5 à 8% d’huile non saponifiée et restée dans le savon, qui va protéger et nourrir votre peau en empêchant la déshydratation de celle-ci.

Le savonnier peut faire toute sorte d’ajouts à sa pâte avec les ingrédients supplémentaires vus plus tôt, et ainsi varier ses recettes à l’infini selon le rendu voulu.

Savons à froid dans des moules 

La pâte à savon obtenue est alors versée dans un ou plusieurs moules et c’est là que l’attente commence. Les moules sont ensuite isolés pendant 24 à 48h pour que la réaction de saponification se termine.

Savons à froid Lulu & guite en cure de séchage 

Les savons obtenus sont démoulés et doivent rester en cure de séchage pendant 4 à 6 semaines avant de pouvoir être utilisés. Pendant cette cure, l’eau qu’ils contiennent va s’évaporer et va leur permettre de durcir.

Les avantages et bienfaits du savon à froid Lulu & Guite

Si nous continuons à fabriquer nos savons à la main, que nous continuons d’attendre 4 à 6 longues semaines la fin de la cure de séchage pour utiliser nos savons, c’est pour de bonnes raisons !

Les savons à froid fabriqués artisanalement ont de nombreux avantages et bienfaits que vous ne retrouverez pas dans les gels douche et savons industriels (je vous invite à lire notre article Le billet d’humeur : Gel douche sans savon vs Savon).

  • Le savon saponifié à froid Lulu & Guite est 100% naturel. Il ne contient aucun conservateur, aucun produit pétrochimique ou de synthèse, ni de tensioactif allergisant. Les peaux allergiques, sensibles ou fragiles lui disent merci !

  • Les savons à froid Lulu & Guite ne contiennent aucune graisse animale, ni d’huile de palme qui est un véritable désastre écologique !

  • Lors de la saponification à froid, les huiles végétales qui composent le savon ne sont pas chauffées à haute température. Cela leur permet de conserver tous leurs bienfaits pour la peau.

  • Le procédé de saponification à froid permet de garder la glycérine naturelle dans le savon (à hauteur de 5-8%). Bonne nouvelle pour votre peau, car c’est un excellent hydratant !

  • Le savon est surgras au minimum à 6%. Cela signifie qu’on met plus d’huile qu’il n’en faut pour réaliser la saponification. Cet excédent d’huile va nourrir et protéger votre peau.

  • Les savons à froid Lulu & Guite sont parfumés uniquement avec des huiles essentielles naturelles et bio, ou des fragrances naturelles. Ils ne contiennent aucun parfum synthétique.

  • Les savons sont également colorés avec des ingrédients naturels, comme par exemples avec des ocres, argiles, extraits de plantes, de légumes ou des oxydes minéraux.

  • Laissez votre odorat et votre touche s’évader ! Les savons produisent une mousse douce et crémeuse, parfumée à l’odeur délicate des huiles essentielles.

  • Le processus de saponification à froid est meilleur pour l’environnement : il faut très peu d’énergie pour produire ces savons et aucun polluant n’est rejeté dans l’eau.

  • En plus d’être une solution écologique, c’est également une solution économique. Un savon de 100g dure environ entre 30 et 40 douches, on consomme donc beaucoup moins qu’avec un gel douche liquide par exemple.

  • Avec un seul produit on peut : se laver, hydrater et nourrir son corps, son visage, ses cheveux et laver son bébé (avec les savons sans huiles essentielles).

__________________________

Ce qui me semble le plus important à retenir c'est qu'il est nécessaire de bien faire la distinction entre un savon industriel ou semi-industriel, et un savon saponifié à froid. La saponification à froid est une méthode artisanale qu'il est important de mettre en avant et qui permet surtout d'avoir un produit fini de qualité, bon pour votre peau.

N’hésitez pas à réagir ou à poser des questions en commentaire, je me ferais un plaisir d’y répondre !